Yurbuds powered by JBL : test des écouteurs pour le sport

Aux Etats-Unis, Yurbuds est un acteur majeur sur le marché spécifique des écouteurs destinés aux sportifs. La marque arrive enfin en France. A priori, pas besoin de changer la recette du succès. Le pari est-il réussi ?

Le moins qu’on puisse dire, c’est que je ne partais pas convaincu d’avance. Je dois avouer que je n’ai jamais écouté de musique pendant mes séances de sport individuel. De manière générale, je ne suis pas un grand mélomane et les inconvénients pratiques de l’association entre mouvement et casque m’ont très rapidement dissuadé. Ma seule tentative avait duré environ 5 minutes, le temps pour moi de perdre mes intra-auriculaires deux fois de suite et de rageusement ranger mon smartphone.

Yurbuds_promesses

Les 3 promesses des écouteurs Yurbuds

Yurbuds Inspire 300, les trois grandes promesses

Me voilà destiné à tester les Yurbuds Inspire 300. « Les pauvres, ils ne sont pas tombés sur le bon client. » me suis-je dit. Et bien finalement, peut-être que si…

Pour commencer, les écouteurs se présentent sous un packaging bien travaillé. La cible sportive est très claire. La petite pochette de rangement rappelle l’ambition pratique de la marque. Avec un peu de lecture sur le côté de l’emballage, on retrouve les trois promesses majeures de Yurbuds :

  1. des écouteurs qui ne tombent pas,
  2. des écouteurs résistants à la transpiration,
  3. des écouteurs qui ne vous feront pas mal aux oreilles.

Elles ont toutes été tenues.

Attention, c’est maintenant la minute où je me la raconte, alors soyez attentifs. Quand je m’entraîne, ce n’est pas à moitié. Je m’efforce de faire de la haute intensité avec des supersets et autres joyeusetés. Quoi qu’il en soit, je transpire beaucoup  et je peux confirmer que les écouteurs ont parfaitement supporté cette agression.

Yurbuds : quelle qualité de son ?

En termes de son, je ne suis pas le mieux placé pour étayer une analyse très fine car je suis bien moins exigeant que Nicolas Catard par exemple qui pourrait vous parler en détails des égaliseurs, niveaux de graves et d’aigus et autres conceptions qui m’échappent plus ou moins.

A priori, le son est plutôt bon, avec des hauts-parleurs de 15 mm et un niveau de basse correcte (pas aussi exagéré que sur les casques Beats, vous savez les casque spécialement designés pour « faire genre ».)

Pour des écouteurs à 40 euros, le contrat sonore semble donc largement respecté.

En revanche, il ne faudra pas compter sur les Yurbuds pour une isolation sonore. Ils préviennent d’ailleurs eux-mêmes que leurs casques laissent passer les sons extérieurs et c’est forcément un choix compréhensible pour ceux qui voudraient aller courir dehors sans risquer de se faire écraser.

Ma passion : ranger mes écouteurs par terre.

Ma passion : ranger mes écouteurs par terre.

Bémol pour la course à pied

Toutefois, je dois souligner que lorsque j’ai couru avec ce casque, j’ai vraiment été gêné par le bruit généré par le ballottement du câble qui rebondissait au rythme de mes foulées. La tension générée par ce rebond provoquait un bruit de tension désagréable et très clairement perceptible dans les écouteurs malgré une musique assez forte. Je n’ai pas du tout eu ce problème en faisant du rameur, de la marche rapide ou de la musculation. Une petite pince pour accrocher le fil au col par exemple pourrait sans doute résoudre ce souci. Quoi qu’il en soit, je suis loin de courir aussi souvent qu’à une certaine époque. Si le footing de fond ou de demi-fond était une activité régulière, je pense que j’opterais directement pour la version bluetooth des Yurbuds. Malheureusement, cette option que je n’ai pas pu tester fait directement passer la facture à 99 euros.

Pour le sport, mais pas seulement

Il faut ajouter que le modèle 300 dispose de la fonction quik clik. Ce sont des aimants permettant d’associer les deux écouteurs pour les faire tenir sans se poser de question. L’inspire 300 propose également un accessoire à mes yeux indispensable, à savoir un micro permettant tout simplement de téléphoner correctement. Ce micro s’accompagne d’un bouton de contrôle basique pause/lecture qui ne permet pas en revanche de contrôler le volume sonore.

En résumé, il ne me reste qu’à mettre la main sur une source de musique moins encombrante que mon Galaxy Note 2 qui pèse quand même son poids dans la poche, sans parler du fait qu’il n’est pas du tout recommandé de garder un smartphone de façon durable dans une poche de pantalon et donc en contact quasi direct avec le corps.

Ces écouteurs m’ont non-seulement converti à l’entraînement en musique (reste maintenant à imaginer des playlists), mais au-delà, ils semblent très pratiques au quotidien, lorsque je suis tout simplement au téléphone. En effet, il arrivait régulièrement à mes écouteurs classiques de sortir de mes oreilles en cas de mouvement brusque ou de maladresse, ce qui n’arrive plus avec les Yurbuds. Voilà qui m’économise quelques accès de rage. Ça fait du bien.

En bref : 3.5/5

Quand le budget ne permet pas le bluetooth, un bon compromis dans l'ensemble, voire très bon, sauf pour la course à pied malheureusement.

Pour

Les écouteurs tiennent vraiment
Aucune gêne ressentie
Résistance à la transpiration
Un son correct

Contre

Le fil reste parfois une entrave
Bruit gênant en course à pied

Un commentaire

  1. Florent melet
    # il y a 2 années

    Et ben comment dire je viens de remplacer mes écouteurs de mon iPhone par des jbl le vendeur m’a affirmé qu’il s’agissait d’un excellent rapport qualité prix
    Le plus ils tiennent vraiment aux oreilles…
    Le moins qualité du son tres tres médiocre on entend les bruits environnants donc nul…..

    Répondre