'0'; $wpsc_last_post_update = 1529406202; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_object_cache = 0; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_anon_only = 0; $wp_supercache_cache_list = 0; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_debug_to_file = 0; $wp_super_cache_debug = 0; $wp_cache_debug_level = 5; $wp_cache_debug_ip = ''; $wp_cache_debug_log = ''; $wp_cache_debug_email = ''; $wp_cache_pages[ "search" ] = 0; $wp_cache_pages[ "feed" ] = 0; $wp_cache_pages[ "category" ] = 0; $wp_cache_pages[ "home" ] = 0; $wp_cache_pages[ "frontpage" ] = 0; $wp_cache_pages[ "tag" ] = 0; $wp_cache_pages[ "archives" ] = 0; $wp_cache_pages[ "pages" ] = 0; $wp_cache_pages[ "single" ] = 0; $wp_cache_pages[ "author" ] = 0; $wp_cache_hide_donation = 0; $wp_cache_not_logged_in = 0; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_clear_on_post_edit = 0; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_hello_world = 0; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_mobile_enabled = 1; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_cron_check = 1; //Added by WP-Cache Manager ?> '0'; $wpsc_last_post_update = 1529406202; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_object_cache = 0; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_anon_only = 0; $wp_supercache_cache_list = 0; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_debug_to_file = 0; $wp_super_cache_debug = 0; $wp_cache_debug_level = 5; $wp_cache_debug_ip = ''; $wp_cache_debug_log = ''; $wp_cache_debug_email = ''; $wp_cache_pages[ "search" ] = 0; $wp_cache_pages[ "feed" ] = 0; $wp_cache_pages[ "category" ] = 0; $wp_cache_pages[ "home" ] = 0; $wp_cache_pages[ "frontpage" ] = 0; $wp_cache_pages[ "tag" ] = 0; $wp_cache_pages[ "archives" ] = 0; $wp_cache_pages[ "pages" ] = 0; $wp_cache_pages[ "single" ] = 0; $wp_cache_pages[ "author" ] = 0; $wp_cache_hide_donation = 0; $wp_cache_not_logged_in = 0; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_clear_on_post_edit = 0; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_hello_world = 0; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_mobile_enabled = 1; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_cron_check = 1; //Added by WP-Cache Manager ?> Super Mario Odyssey : le meilleur jeu de l'année ET de la Switch

Super Mario Odyssey : le meilleur jeu de l’année ET de la Switch

Rarement un jeu a autant justifié l’achat d’une console à lui tout seul.

Il s’est un peu fait attendre, et il aurait pu être le jeu de lancement de la Nintendo Switch, mais Super Mario Odyssey vient juste d’arriver, et il sort au bon moment : pile poil 2 mois avant Noël ! Le titre est bien parti pour faire un carton, mais aussi pour permettre à Nintendo de vendre encore plus de Switch, console qui a déjà connu un démarrage très réussi.

Acheter Super Mario Odyssey

Pas de besoin de garder le suspense plus longtemps, car vous avez sans doute lu et entendu beaucoup de bien autour du jeu, mais Super Mario Odyssey est véritablement le jeu de l’année, et je vais vous expliquer pourquoi tout le monde l’adore.

Super Mario Odyssey est un peu le Mario 64 du 21ème siècle. Bon, évidemment, sur la Switch, on est quand même bien loin de la Nintendo 64 et ses affreux polygones (je n’aurais pas dit ça à l’époque…), mais l’héritage est indéniable. Super Mario Odyssey reprend aussi les bases du déplacement en 3D de son ancêtre dans un open world de toute beauté.

Cappy, bien plus qu’un simple chapeau casquette

Un Open World aux couleurs de l’arc en ciel

Dans Super Mario Odyssey, vous pouvez donc vous promener partout où bon vous semble dans des niveaux très colorés. Et vous aurez d’ailleurs tout intérêt à fureter dans tous les coins. Il faudra être attentif à tout ce qui vous entoure. Derrière une pierre, dans un buisson, au sommet d’un immeuble, etc… Chaque endroit peut dissimuler un bonus que Mario pourra collecter, principalement des pièces et des artefacts de différents types suivant les mondes que vous visitez.

Le principe de la progression de notre plombier préféré repose sur un voyage à bord d’un vaisseau : l’Odyssey, et sur des lunes que Mario devra collecter pour alimenter son vaisseau. Mais attention, si la durée estimée pour finir le jeu est d’une dizaine d’heures, cela ne signifie pas que vous avez complété le jeu à 100% pour autant quand vous aurez vaincu le boss final.

En effet, s’il est possible de passer d’un niveau à l’autre avec un certain nombre minimum de lunes, vous pouvez encore parfaire votre quête en cherchant toutes les lunes dissimulées dans les niveaux. Et il y a en vraiment beaucoup, et parfois dans des endroits insoupçonnables.

Une astuce : Si vous trouvez au sommet d’une montage, et si vous entendez des vibrations dans votre manette à un endroit ou rien de spécial n’est pourtant visible, ne partez pas trop vite, et sautez sur place. Vous pourriez avoir de bonnes surprises !

Dans Super Mario Odyssey, ton Cappy est ton ami

Et pour arriver à finir son aventure, Mario ne fait pas cavalier seul. Amoureux transit à la recherche de Peach (cette histoire dure depuis les années 80, un running gag de 30 ans d’âge…) , Il partage sa galère avec Cappy, un joli chapeau qui va accompagner Mario dans son aventure. Cappy, de son coté, cherche sa petite soeur, également enlevée par Bowser.

Cappy est un haut de forme mais qui va utiliser la magie pour se mélanger avec la casquette de Mario, en piteux état après avoir été volée par Bowser et ses Sbires et ruiné par les hélices de leur vaisseau. Ce chapeau mutant devient alors l’arme principale de Mario, et si vous utilisez la manette Pro de la Switch, le controler sera encore plus facile.

Mais notre plombier aura souvent tendance à utiliser d’autres techniques pour arriver à ses fins. En effet, à chaque niveau, et parfois même devant les boss dont il devra se défaire, Mario passera au second plan et vous pourrez prendre la forme d’autres personnages ou objets, voire même des animaux, suivant la situation qui le nécessite.

Mario est capable d’incarner d’autres personnages, et mêmes des objets..

Super Mario Odyssey : fermeture éclair comprise !

Mario peut ainsi se transformer en Champignon, en statue de pierre, en plante grimpante, en chapeau doté de gants de boxes, en poisson, boulet de canon, voire même en dinosaure, ou encore en fermeture éclair !! En tout, plus d’une cinquantaine de changements possibles, avec à chaque fois un gameplay qui leur sont propres et très différents les uns de autres. Je ne veux pas vous spoiler tout le jeu, donc je vous laisse les découvrir, mais vous aurez des surprises.

Autre particularité de Super Mario Odyssey, l’intégration de niveau 2D dans ce monde 3D. Ces mini tableaux très inspirés du premier Mario sur NES sont parfaitement intégrés aux décors de Super Mario Odyssey, y compris dans les reliefs et les architectures. Il faudra traverser ces niveaux oldschool pour attraper des bonus ou tout simplement réussir à progresser dans la quête principale.

Intégration extraordinaire de niveaux 3D

Nintendo a toujours été un champion du level design, et dans ce Super Mario Odyssey, on atteint la perfection. Le dosage de la difficulté est parfait. Si vous n’y arrivez pas, des pnj, parfois difficiles à trouver, mais bien bavards, peuvent vous donner des astuces en échange de pièces d’or. C’est bien pratique, mais pas toujours indispensable, car aucun niveau n’est insurmontable. A noter tout de même quelques passages bien corsés, ou il faudra s’y reprendre à plusieurs fois sans perdre la foi !

Super Mario Odyssey va vous mettre la tête à l’envers

Les aventuriers de la Peach perdue

Open world oblige, il peut être facile de se perdre ou tout simplement de ne pas voir l’objectif à atteindre, même si une carte est toujours accessible pour se repérer. Malgré tout, un système d’assistance visuelle est proposé lorsque vous lancez le jeu pour vous aidez à trouver les passages à prendre pour avancer dans l’aventure. Il se matérialise par des flèches bleues qui vous montrent clairement le chemin. Très bien pour les plus jeunes (… ou les plus vieux… aheum…)

Et justement, cette aventure, elle va être longue. Impossible de vous indiquer le nombre de niveaux qui vous attendent, mais je peux juste vous rassurer sur deux points : vous ne vous ennuierez jamais et vous verrez du pays !. Comme la tradition de Mario le veut, vous traversez d’ailleurs plusieurs mondes aux environnement très variés : pays chauds, froids, aquatiques, aériens, et même urbains.

Du pur bonheur pour tous les âges

En conclusion, j’avoue que je me suis vraiment éclaté pendant des heures, et ce n’est pas fini, car après avoir terminé le jeu, on peut (et on doit !) recommencer pour viser le 100% d’objets collectés.

Même si je suis assez difficile, souvent peu persévérant devant la difficulté, et que j’ai beaucoup de mal à consacrer mon temps libre aux jeux vidéo (sur mon temps de boulot en revanche, ça ne me pose pas de problème), Super Mario Odyssey est clairement le meilleur jeu de l’année, et je n’ai eu aucun regret de lui avoir consacré un week-end entier pour en arriver à bout et le recommencer en mode explorateur.

Si vous possédez une console Nintendo Switch, c’est évidement un jeu à posséder absolument. Et bien sûr, le fait de pouvoir y jouer aussi bien chez vous qu’en déplacement est un énorme avantage qui fait aussi de ce titre le meilleur jeu de plate-forme depuis des années (à mon goût).

Impossible de tout vous raconter, car j’ai sans arrêt des petites anecdotes sympa qui me reviennent. Donc je vous conseille de venir le tester à la Paris Game Week, en magasin ou chez des copains, vous risquez d’avoir envie de craquer. Et si vous ne possédez pas encore la dernière console de Nintendo, ne réfléchissez pas et foncez pour acheter la console et Super Mario Odyssey. Vous ne serez déçu ni de l’un, ni de l’autre, et vous vous sentirez sans doute un peu moins seul si jamais tous vos amis les possèdent déjà !

Acheter Super Mario Odyssey