Wonder Woman : critique sans spoiler

Wonder Woman : avis sur le film qui redonne foi en DC

Bonjour à tous et bienvenue pour cette critique sans spoiler de Wonder Woman.

Je suis ravi de pouvoir partager avec vous mon avis sur Wonder Woman, d’autant plus que c’est un film réussi. Il y a bien sûr des imperfections, mais, dans l’ensemble, je vous recommande chaudement d’aller le voir au cinéma. Bon allez au revoir et à la prochaine ! Ah vous voulez des détails ? Soit.

Oh Cupidon ! Ah non, c’est mieux en fait !

Comme une envie de Wonder Woman ?

Tout d’abord, j’avais très envie de voir Wonder Woman et ce pour plusieurs raisons.

La première, c’est que j’avais trouvé Gal Gadot très convaincante dans Batman V Superman et que j’étais frustré de ne pas avoir eu plus de scènes avec ce personnage.

La deuxième raison, c’est qu’on manque cruellement d’un film réussi ayant une super-héroïne comme personnage principal. Supergirl, Elektra et j’en passe… ne nous voilons pas la face.

La troisième et dernière raison est très simple, les bande-annonce m’avaient beaucoup plus et avaient renforcé mes préjugés positifs.

Wonder Woman critique, avis, film

Retrouvez tout le charme de notre petite maison d’hôte à Themyscira.

Les qualités de Wonder Woman

Visuel magnifique

Même si j’ai malheureusement vu le film dans de mauvaises conditions, le cou cassé en deux, il ne fait absolument aucun doute qu’il est visuellement très réussi.

Cette maîtrise visuelle se retrouve à divers niveaux, autant dans les plans larges de paysages à couper le souffle que dans les décors et costumes soignés ou encore les grandes scènes d’action.
À l’image de son héroïne rayonnante et pleine d’optimisme, voire même de naïveté, le film est extrêmement lumineux et coloré et le résultat est pleinement convaincant.

Mention spéciale pour l’île paradisiaque de Themyscira, la patrie des Amazones. On a vraiment envie d’y partir en vacances et pas uniquement pour ses magnifiques habitantes.

Wonder Woman critique, avis, film

Diana a décidé que ça suffisait les conneries.

Interprétation / casting / incarnation

Au-delà du visuel, ce qui m’a sans doute le plus convaincu dans Wonder Woman, c’est la qualité d’incarnation proposée par le film. J’utilise volontairement la notion « d’incarnation » pour souligner que le long-métrage parvient à mettre ses personnages au premier plan.

Selon moi, c’est une qualité presque indispensable, car les personnages sont vecteurs d’émotions et donc d’implication du spectateur. Faute d’incarnation, un film de ce type peut vite se résumer à du grand spectacle qui enchaîne les scènes d’actions en restant totalement dénué d’âme et donc du moindre impact. Transformers, je te vois…

Cette qualité d’incarnation, on la doit bien sûr à deux ingrédients centraux : le script et les acteurs.

Dans le rôle-titre, Gal Gadot confirme qu’elle est un excellent choix de casting. Tous ceux qui avaient critiqué ce choix à cause de la minceur ou du tour de poitrine prétendument insuffisant de l’actrice ont eu bien tort.

Wonder Woman critique, avis, film

Diana et Trevor ont une belle alchimie

Gal Gadot devient sans aucun doute possible Wonder Woman à l’écran, aussi bien par sa présence physique que par son charisme et les émotions qu’elle parvient à transmettre. Alors bon, pas la peine d’exagérer, il n’y a pas là matière à un oscar puisque ce type de rôle ne se prête pas à ce genre de performance ultime d’actrice.

Néanmoins, Gal Gadot est devenue la Wonder Woman parfaite : elle a tout pour porter longtemps le personnage sur grand écran.

Chris Pine est lui aussi un bon choix en Major Trevor et le duo formé avec Diana fonctionne presque immédiatement à l’écran. C’est d’ailleurs cette alchimie qui vient vraiment porter les meilleurs moments de comédie du film.

La qualité du casting ne s’arrête pas là car les seconds rôles s’en sortent plutôt bien, notamment les amis du Major Trevor qu’on découvre par la suite.

Un scénario alliant simplicité, émotion, humour et équilibre

Puisque j’évoquais l’humour, c’est l’occasion parfaite d’évoquer le scénario. L’humour s’y intègre naturellement, sans trop forcer le trait, mais en apportant une touche vraiment plaisante qui ne se fait jamais au détriment du respect des personnages.

De manière globale, il s’agit d’un scénario plutôt simple. Voilà qui est très rafraîchissant après le méli-mélo plutôt bancal qu’avait proposé Batman V Superman, tout du moins dans la version sortie en salle.

Wonder Woman critique, avis, film

La grisaille du monde des humains

Grâce à la qualité d’incarnation dont j’ai parlé auparavant, les émotions sont bien transmises et notamment celle de la Princesse Diana qui découvre l’horreur de la première guerre mondiale en même temps que le cynisme des décisions politiques et militaires.

Le décalage entre la bonté et l’intelligence de Diana avec ce monde corrompu porte d’ailleurs le propos le plus féministe du film, qui ne tombe jamais dans un militantisme déplacé ou agressif.

Justement, le scénario réussit quelque chose de très délicat, à savoir ménager un équilibre entre les protagonistes principaux. Evidemment, Diana est l’héroïne, mais sa puissance ne s’affirme jamais au détriment du Major Trevor ou des autres soldats.

Cet équilibre se retrouve autant dans l’action que dans leur façon de s’enrichir mutuellement et c’est vraiment appréciable.

Wonder Woman critique, avis, film

Quand ça cogne, ça cogne fort.

L’action et la musique

Parlons baston. Dès que Diana entrait en action, j’étais complètement à fond. C’est d’autant plus vrai que le film respire et échappe au piège d’être asphyxié par de trop nombreuses scènes d’action. Mais quand sa bastonne, on ne fait pas semblant et Wonder Woman est extrêmement badass dans cette version, le tout porté par un thème musical que j’adore et qui ne fait que souligner son héroïsme.

J’ai failli oublier de mentionner que l’intelligence de Diana et sa vaste culture (notamment linguistique) sont également mises à l’honneur, voilà qui complète bien un portrait qui rend pleinement justice au personnage.

Wonder Woman critique, avis, film

On est cachés !

Wonder Woman aurait quelques défauts ?

Le film n’est pas parfait et cette critique serait incomplète sans évoquer ses quelques défauts.

Naïveté un peu trop poussée

Tout d’abord, on peut regretter une certaine forme de naïveté, autant dans le propos que dans le personnage.

Attention, je pense qu’il est particulièrement intéressant, logique et rafraîchissant de voir le décalage entre la vision du monde qu’a pu développer Diana sur son île et la réalité des humains telle qu’elle la découvre.

Toutefois, la naïveté du personnage me semble poussée un chouïa trop loin vers la fin du film, alors qu’elle a déjà vu beaucoup de choses et surtout que son intelligence devrait lui permettre de tirer plus rapidement certaines conclusions sur la nature humaine.

Cette naïveté se retrouve en écho dans la source de détermination que trouve Diana à la fin. Ça fonctionne, certes, mais c’est peut-être exprimé de façon un peu trop sirupeuse ou simpliste à mon goût.

Wonder Woman critique, avis, film

Des adversaires qui méritaient plus de développement

Des méchants sans histoire

De mon point de vue, on peut surtout reprocher au film le manque de développement de ses méchants. J’aurais aimé deux ou trois scène permettant de mieux comprendre le passé et les motivations, notamment ceux de Docteur Poison comme on l’appelle dans le film. De même, sans entrer dans les spoilers, j’aurais aimé avoir plus d’explications sur le fonctionnement d’un certain gaz et de ses effets.

Wonder Woman critique, avis, film

Une photo émouvante pour faire le lien avec Batman V Superman

Des personnages secondaires qui méritaient un peu plus

Dans une moindre mesure, ce reproche pourrait aussi s’appliquer à une petite frustration ressentie dans le développement limité des relations entre Diana et le groupe d’amis du Major Trevor.

Il y avait là je pense un potentiel qui est resté inexploité et je n’aurais pas été contre une version encore plus riche que celle sortie en salle, même s’il est déjà très longue, je n’ai pas vu le temps passer.

Wonder Woman critique, avis, film

Oui, l’épée est bien en latex.

Un combat final modérément convaincant

Enfin, il y a le fameux combat final. Il y a beaucoup d’effets spéciaux impliqués, sans doute trop, mais pour moi, le plus gênant vient du manque de brutalité direct et physique dans l’affrontement et sans doute de sa résolution très spectaculaire, mais qui pourrait être considérée comme un peu trop facile.

Wonder Woman critique, avis, film

Patty Jenkins, la réalisatrice

Conclusion

Dans l’ensemble, Wonder Woman est un film que j’ai pris beaucoup de plaisir à voir et, il faut le souligner encore, malgré de mauvaises conditions.

La réalisatrice, Patty Jenkins, a fait un excellent travail et, parmi les films DC qui ont suivi la trilogie de Nolan, Wonder Woman est clairement mon préféré avec Man of Steel, un film parfois sévèrement critiqué, mais que j’avais bien apprécié.

D’ailleurs, on sent dans certaines scènes l’inspiration trouvée par la réalisatrice dans un autre Superman, celui qu’avait réalisé Richard Donner en 1978.

Voilà qui donne très envie d’en voir plus sur Wonder Woman qui aura, je l’espère, la place qu’elle mérite dans Justice League.