'0'; $wpsc_last_post_update = 1529406202; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_object_cache = 0; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_anon_only = 0; $wp_supercache_cache_list = 0; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_debug_to_file = 0; $wp_super_cache_debug = 0; $wp_cache_debug_level = 5; $wp_cache_debug_ip = ''; $wp_cache_debug_log = ''; $wp_cache_debug_email = ''; $wp_cache_pages[ "search" ] = 0; $wp_cache_pages[ "feed" ] = 0; $wp_cache_pages[ "category" ] = 0; $wp_cache_pages[ "home" ] = 0; $wp_cache_pages[ "frontpage" ] = 0; $wp_cache_pages[ "tag" ] = 0; $wp_cache_pages[ "archives" ] = 0; $wp_cache_pages[ "pages" ] = 0; $wp_cache_pages[ "single" ] = 0; $wp_cache_pages[ "author" ] = 0; $wp_cache_hide_donation = 0; $wp_cache_not_logged_in = 0; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_clear_on_post_edit = 0; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_hello_world = 0; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_mobile_enabled = 1; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_cron_check = 1; //Added by WP-Cache Manager ?> '0'; $wpsc_last_post_update = 1529406202; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_object_cache = 0; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_anon_only = 0; $wp_supercache_cache_list = 0; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_debug_to_file = 0; $wp_super_cache_debug = 0; $wp_cache_debug_level = 5; $wp_cache_debug_ip = ''; $wp_cache_debug_log = ''; $wp_cache_debug_email = ''; $wp_cache_pages[ "search" ] = 0; $wp_cache_pages[ "feed" ] = 0; $wp_cache_pages[ "category" ] = 0; $wp_cache_pages[ "home" ] = 0; $wp_cache_pages[ "frontpage" ] = 0; $wp_cache_pages[ "tag" ] = 0; $wp_cache_pages[ "archives" ] = 0; $wp_cache_pages[ "pages" ] = 0; $wp_cache_pages[ "single" ] = 0; $wp_cache_pages[ "author" ] = 0; $wp_cache_hide_donation = 0; $wp_cache_not_logged_in = 0; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_clear_on_post_edit = 0; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_hello_world = 0; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_mobile_enabled = 1; //Added by WP-Cache Manager $wp_cache_cron_check = 1; //Added by WP-Cache Manager ?> Lenovo Yoga Book : idée géniale ou totalement inutile ?

Lenovo Yoga Book : idée géniale ou totalement inutile ?

Lenovo a dévoilé une tablette étonnante en septembre dernier. On l'a testé mais nous avons du mal à nous faire une opinion...

Ce n’est pas souvent qu’on l’on vous parle de tablettes mais vous allez voir que celle-ci ne ressemble à aucune autre tablette sur le marché. Voici la Lenovo Yoga Book. Et elle mérite que l’on s’y intéresse, car il est notamment utile d’expliquer son concept assez original.

Présentée lors du salon salon IFA 2016 en septembre dernier, la Yoga Book est une tablette conçue comme un ultraportable : moins d’un centimètre d’épaisseur, une charnière de très grande qualité, et l’ensemble est super léger : à peine 650 grammes !

Un ultra portable super discret qui cache bien son jeu

Lenovo Yoga Book en version Android ► http://amzn.to/2n0lCyV
Lenovo Yoga Book en version Windows 10 Pro ► http://amzn.to/2nkIY3r

Lenovo Yoga Book : le look d’un ultra portable

Du point de vue des spécifications techniques, la tablette propose un écran de 10’’ en résolution full HD, et elle est propulsée par un processeur Intel Atom X5. Elle est accompagné de 4 Go de ram et 64 Go de mémoire de stockage. Finesse oblige, la Lenovo Yoga Book propose un port Micro USB pour la recharge, un port micro HDMI pour la brancher sur un écran externe, et elle embarque également un port pour carte Micro SD.

Mais la comparaison avec un PC ultra portable s’arrête là. Car la Lenovo Yoga book reste une tablette, et elle est d’ailleurs disponible en deux versions : sous Android et sous Windows 10. J’ai testé la version Android pendant plusieurs jours, et mon avis est assez partagé…

Une telle finesse qui oblige à faire des choix drastiques sur la connectique…

… mais c’est pourtant une tablette

La grande particularité de la Yoga Book vient de son clavier. Ce n’est pas un vrai clavier, mais tout simplement une surface tactile.  Il peut tout d’abord être utilisé comme un clavier, presque classique. Presque, car les touches ne sont pas physiques. Elles sont uniquement affichées sur la surface tactile sans aucun relief pour les sentir sous vos doigts. Il faut donc taper sur ce clavier comme si on utilisait un clavier virtuel. Le clavier est malgré tout de taille comparable à celui d’un vrai clavier de PC portable, mais il faudra tout de même beaucoup d’entraînement pour écrire confortablement avec, et surtout… sans se planter. Lorsque l’on tape, on remarque une sorte de retour haptique, mais qui est plus une vibration générale de la tablette, et qui n’est pas du tout discrète. Si la Lenovo Yoga book est posée sur un bureau, les vibrations se font sentir, et ça peut vite devenir pénible…

Mais comme je le disais plus haut, la Yoga Book est une tablette, et vous pouvez replier le clavier dans le sens opposé pour vous retrouver avec une tablette presque classique entre les mains. Et même avec le clavier replié vers l’arrière, elle n’est pas trop épaisse. Plus qu’un iPad, mais beaucoup moins qu’une Microsoft Surface par exemple. Vous pouvez aussi vous servir de la partie inférieure comme un support pour la faire tenir sur une table, ce qui s’avère super pratique pour regarder confortablement une vidéo par exemple.

Si on s’arrêtait là, on pourrait se dire que c’est un tablette sympa avec un clavier sympa. Mais ce n’est pas tout…

Dispo en version Android ou Windows 10 Pro, mais l’intérêt n’est pas vraiment le même pour chaque version…

Yoga Book : la tablette Transformer

Et oui, car figurez-vous que ce clavier virtuel peut laisser la place à une surface permettant de dessiner avec un stylet en appuyant sur une seule touche qui a pour effet de faire disparaitre (ou plutôt éteindre) le clavier. Et là, c’est exactement comme si on avait collé une tablette graphique Wacom à la plce du clavier. Et d’ailleurs, c’est précisément Wacom, le roi de la tablette graphique qui a travaillé avec Lenovo pour concevoir cette zone tactile.

Ainsi, vous pouvez dessiner avec des applis dédiées, il y a de très nombreuses sur Android et encore plus sur Windows.

Mais le concept de cette tablette hybride va encore plus loin, puisque dans la boite est aussi inclus un genre de cahier de dessin. Il s’installe sur la partie clavier, et y reste fixé de manière magnétique. Et avec le stylet fourni par Lenovo, il suffit de changer la mine tactile par une vraie mine de stylo, elle aussi fournie. Vous pouvez alors dessiner sur votre feuille de papier ! Pour ceux qui aiment gratter le papier, c’est presque magique, puisque le dessin est retranscrit en temps réel dans l’application de dessin sur la tablette.

Un cahier aimanté sur la tablette tactile pour les amoureux du papier.

Autre détail intriguant, il est possible de dessiner sur la surface tactile ou sur le papier et sauvegarder ses dessins sans utiliser d’appli en même temps sur la tablette, c’est un moyen de dessiner en économisant la batterie. Mais comme on ne voit pas ce que l’on fait, j’ai trouvé cela à la limite de… l’inutile. Certes, cela reste évidemment plus logique si on dessine sur le cahier !

D’ailleurs en parlant de batterie, la Yoga Book promet 15 h d’autonomie grâce à sa batterie de 8500 mAh, ce qui est largement suffisant pour une journée de prise de note, de dessins, ou de visionnage de vidéos.

Une innovation réelle, mais est-ce bien utile ?

Quant à savoir si la Yoga Book est un bon produit, je pense que ça dépend énormément de la version. Sur Android, je trouve l’intérêt assez limité puisqu’un clavier ne vous servira sans doute pas énormément sur un OS qui est avant tout pensé pour l’écran tactile.

En revanche, Lenovo a choisi d’utiliser Phoenix OS, une version customisée d’Android 6,0, avec quelques fonctionnalisés supplémentaires sympas comme la possibilité d’afficher 3 applis en même sur l’écran, et une barre des taches en bas de l’écran comme sur Windows.

Malheureusement, la bonne idée de cette tablette est vraiment gâchée par de gros défauts de jeunesse qui deviennent mêmes insupportables.

Une tablette graphique, mais qui était encore un clavier 10 secondes avant !

Trop de défauts de jeunesse

Tout d’abord, lorsque la tablette est fermée, elle est très difficile à ouvrir, et même impossible d’un seule main car il n’y a pas d’encoche pour bien agripper les deux parties. On risque vraiment de la faire tomber si on s’y prend mal.

Ensuite, sur Android, j’ai trouvé un certain manque de réactivité. Le processeur est doit être un peu juste pour faire tourner l’ensemble, ou Phoenix OS n’est pas bien optimisé, malgré les 4 Go de Ram.

Autres défauts à signaler : le peu de ports disponibles pour la connectique et surtout : un trackpad qui frise le ridicule car il n’est pas multipoint. On ne peut donc pas l’utiliser pour zoomer où se déplacer dans une page web. Bref, son utilité ne soutient pas la comparaison avec un trackpad sur Mac ou PC.

Enfin, de chaque coté de l’écran, les bords noirs sont très, voire beaucoup trop larges. Tant de place perdue… c’est vraiment dommage.

Deux prix pour deux OS différents

Enfin parlons du prix. La version Android est proposé au prix de 499 € et il faudra ajouter 100€ de plus pour la version Windows 10 Pro. mais il est déjà possible de trouver la Lenovo Yoga Book en promo. Voici d’ailleurs des liens pour la trouver au meilleur prix sur Amazon.

Lenovo Yoga Book en version Android ► http://amzn.to/2n0lCyV
Lenovo Yoga Book en version Windows 10 Pro ► http://amzn.to/2nkIY3r

Sous Android, le clavier devient plus gênant qu’utile…

En bref : 3/5

L’idée de la Lenovo Yoga Book est sans doute bonne, mais ce premier produit souffre de trop nombreux défauts, et à titre perso, j'ai vraiment du mal à trouver un intérêt au concept.

En revanche, la version Windows pourrait être beaucoup plus intéressante, surtout si vous cherchez un ultra portable sous Windows 10 qui soit super léger, discret et offre une bonne autonomie. Mais attention, il faut de l'entrainement pour maitriser ce clavier atypique...

Pour

Design
Finesse et poids plume
Autonomie record !
Concept sympa

Contre

Concept beaucoup trop niche pour séduire le plus grand nombre
Lenteur de l'OS
De nombreuses erreurs de jeunesses rendent l'utilisation pénible