Deadpool : critique sans spoiler

Ryan Reynolds incarne Deadpool dans une adaptation aussi trash que réussie du meilleur anti-héros Marvel

Avant toute chose, sachez que si vous aimez le Deadpool des comics, vous ne serez sans doute pas déçus. Je peux même parier que vous allez bien rire.

Ce film, porté par Ryan Reynolds dans le rôle-titre, n’a pu voir le jour qu’à force de ténacité de la part de l’acteur qui se bat depuis des années pour qu’une version fidèle au personnage voie enfin le jour à l’écran.

Petit rappel : Deadpool est un personnage Marvel, mais attention, il fait partie des super-héros dont les droits cinéma appartiennent à la Fox comme les X-Men ou encore les 4 Fantastiques. Pour ceux qui ne le connaissent pas, Deadpool se situe, selon les cas, entre le super-vilain et l’anti-héros.

Deadpool : c'est chaud.

Deadpool : c’est chaud.

Deadpool : un personnage à part

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Deadpool n’est pas un tendre, puisqu’il n’hésite pas à tuer à tour de bras. C’est un mercenaire particulièrement violent, mais pas seulement. En effet, Deadpool est avant tout un personnage totalement décalé qui se caractérise par un humour trash débité non-stop, un état mental qui relève clairement de la psychiatrie et, surtout, la capacité à directement parler au lecteur ou spectateur.

Deadpool a donc conscience d’être un personnage de fiction. La façon cultivée de décrire cette capacité consiste à dire qu’il est capable de « briser le quatrième mur ». L’expression quatrième mur a été créée par Denis Diderot (oui le philosophe de l’Encyclopédie) et s’appliquait initialement au théâtre en désignant le mur imaginaire séparant la scène des spectateurs.

Revenons au film lui-même qui a été précédé par une campagne marketing tout simplement excellente qui a généré de fortes attentes, y compris chez ceux qui ne connaissaient pas le personnage.

Le réalisateur Tim Miller sur le tournage

Le réalisateur Tim Miller sur le tournage

L’histoire est consacrée aux origines de Deadpool et c’est clairement le seul choix classique que vous trouverez dans ce film. Le reste part dans tous les sens, c’est un vrai feu d’artifice de déconne permanente.

Les critiques risquent d’être plutôt variées car l’humour est quelque chose de très subjectif. Autrement dit, même si ça pourra vous surprendre, je pense que c’est surtout sur le critère de l’humour que le film doit être jugé. Il faut vraiment penser ce film comme une comédie trash avant même d’y voir un film de super-héros. Ceux qui n’y vont pas dans cet état d’esprit risquent d’être déçus, voire de dénigrer le film.

Deadpool dans ses œuvres

Deadpool dans ses œuvres

On rit. Beaucoup.

Dès le générique de début, la salle rit, on ne peut pas s’en empêcher tellement l’approche d’autodérision et de second degré est rafraîchissante. Par la suite, j’ai personnellement beaucoup apprécié toutes les références et moqueries balancées sur de précédents films comme Wolverine Origins dans lequel Ryan Reynolds incarnait une version totalement ratée de Deadpool dans le combat final.

Les scénaristes se sont vraiment fait plaisir en se payant la poire de Green Lantern à plusieurs reprises, ce qui est de bonne guerre puisque Ryan Reynolds tenait déjà la tête d’affiche de ce film, cette fois chez DC comics. Dans la même veine, les petites piques envers les X-Men et Wolverine sont également à mourir de rire pour tous ceux qui connaissent bien cette franchise au cinéma.

Les scènes dans le taxi sont hilarantes :)

Les scènes dans le taxi sont hilarantes 🙂

Enfin, pour conclure sur l’humour, le chauffeur de taxi et ses dialogues avec Deadpool m’ont également beaucoup fait rire, beaucoup plus que Al, la vieille dame aveugle, même si je sais qu’il s’agit d’un personnage repris directement des comics.

Scénario, acteurs et action : ça tient la route

Si on met de côté quelques instants la qualité des vannes, il faut reconnaître que Deadpool parvient également à proposer un scénario correct. Même s’il s’agit d’une classique histoire de vengeance, le traitement narratif est particulièrement dynamique et astucieux. Le scénario s’appuie en effet sur des flashbacks et flashforwards qui sont intégrés de façon élégante pour former un récit fluide et cohérent.

C’est d’autant plus remarquable pour un premier film. En effet, c’est le premier long métrage de Tim Miller et on risque de le retrouver rapidement sur d’autres gros projets (peut-être à commencer par Deadpool 2 si le sucès est au rendez-vous !) Les scènes d’action sont réussies et collent parfaitement au ton du film. On a le droit à des chorégraphies aussi drôles qu’aériennes de la part de l’acrobatique Deadpool.

Ryan Reynolds et Morena Baccarin ont une vraie alchimie à l'écran.

Ryan Reynolds et Morena Baccarin ont une vraie alchimie à l’écran.

Du côté des performances d’acteur, celle de Ryan Reynolds est en tous points parfaite pour le rôle. On sent qu’il s’éclate vraiment et c’est un régal. Morena Baccarin, qui joue Vanessa, et que vous avez pu voir dans Homeland, V ou encore Gotham est également très convaincante et l’alchimie entre les deux acteurs est évidente à l’écran (muy caliente !)

Un petit mot aussi pour Ed Skrein, qui s’était fourvoyé dans le calamiteux reboot du Transporteur et qui prête sa présence physique indiscutable au rôle du méchant, Ajax, même si ce personnage n’a pas de réelle profondeur. En revanche, on ne retiendra pas la performance muette de Gina Carano, une ancienne championne de MMA qui ne va pas vraiment élargir son registre avec son rôle de bastonneuse butée.

Gina Carano et Ed Skrein, les vilains pas beaux.

Gina Carano et Ed Skrein, les vilains pas beaux.

Très bonne comédie, mais pas le meilleur film de super-héros de l’univers

On pourrait croire que je n’ai que du bien à dire sur Deadpool, mais j’ai néanmoins de toutes petites réserves. Certains critiques considèrent qu’il s’agit de la meilleure adaptation de comics devant Iron Man ou encore The Avengers. Je n’irais pas jusque-là.

Le film respecte parfaitement l’esprit du personnage Deadpool, c’est indiscutable. Toutefois, si on doit véritablement se prêter à l’exercice de la comparaison des films, Deadpool se heurte forcément aux limites de la comédie.

La comédie est un genre très difficile à doser, très respectable et qui a donné lieu à de véritables chefs d’œuvre. Toutefois, et c’est un goût très personnel, j’ai toujours tendance à être davantage marqué par les films à la tonalité dramatique plus prononcée. J’ai par exemple préféré The Winter Soldier, le premier Iron Man ou encore The Avengers à Deadpool.

Quoi qu’il en soit, Deadpool est indiscutablement une réussite pour qui sait à peu près à quoi s’attendre en allant voir un tel film. Deadpool est régressif, violent, jouissif, débridé, incontrôlable et grossier, mais il est surtout franchement marrant et ce jusqu’après le générique de fin, bien sûr.

Un magnifique résumé du film !

Un magnifique résumé du film !

Un commentaire

  1. Michel Dage
    # il y a 1 année

    Tout est dit!

    Répondre